Calendrier bahá'í

Comme beaucoup d'autres religions mondiales, la foi bahá'íe a son propre calendrier.

Le Báb, le héraut de cette foi, institua ce nouveau calendrier, connu sous le nom de Badíʿ (Badíʿ signifie merveilleux ou unique), au cours de la période de six ans (1844-1850) de sa révélation. La première année est datée du 21 mars 1844 de notre ère, année au cours de laquelle le Báb a proclamé sa religion. Les années sont annotées avec la notation de date de È.B. (Ère bahá'íe).

L’année 176 È.B. commencera le jour de l’équinoxe vernal (à Téhéran) en 2019, soit le 21 mars 2019.Le calendrier bahá'í a commencé à partir du calendrier Badíʿ original, créé par le Báb dans le Kitabu'l-Asmá 'et le Bayan persan (5 : 3) dans les années 1840. Une première version du calendrier a commencé à être mise en œuvre à son époque. Il a utilisé une structure de 19 mois de 19 jours (19 × 19) soit 361 jours, plus des jours intercalaires pour faire de ce calendrier un calendrier solaire. Par rapport à ce nouvel arrangement, le premier jour du début de l'année civile était Nowruz (le Nouvel An persan), tandis que les jours intercalaires étaient attribués différemment de la mise en œuvre ultérieure adaptée dans la foi bahá'íe. Le calendrier contient de nombreuses significations et allusions symboliques, y compris des liens avec des prophéties du Báb sur la prochaine manifestation de Dieu, appelée Celui que Dieu rendra manifeste.

Bahá'u'lláh, le fondateur de la foi bahá'íe, qui a affirmé d’être celui prophétisé par le Báb, a affermi et adopté ce calendrier. Vers 1870, il chargea Nabíl-i-A`zam, auteur du Chronique de Nabí d’écrire un aperçu du calendrier Badíʿ. Dans le Kitáb-i-Aqdas (1873), Bahá'u'lláh fit de Naw-Rúz le premier jour de l'année et clarifia également la position des jours intercalaires précédant immédiatement le dernier mois. Bahá'u'lláh fixa Naw-Rúz au jour où le soleil passa dans la constellation du Bélier. Les bahá'ís interprètent cette formule comme une spécification de l'équinoxe vernal. Le calendrier a été mis en place pour la première fois dans l'Ouest en 1907.

Les Écrits bahá'ís ont laissé certaines questions concernant la mise en œuvre du calendrier Badíʿ à résoudre par la Maison universelle de justice avant que le calendrier ne puisse être observé de manière uniforme dans le monde entier. Le 10 juillet 2014, la Maison universelle de justice a annoncé des dispositions qui permettront la mise en œuvre commune du calendrier Badíʿ dans le monde entier, à compter du 20 mars 2015, au coucher du soleil.

Le calendrier bahá'i des pays occidentaux a été synchronisé avec le calendrier grégorien, ce qui signifie que le jour supplémentaire d’une année bissextile s’est déroulé simultanément dans les deux calendriers. Les jours intercalaires s'étendent du 26 février au 1er mars, allongeant le calendrier grégorien automatiquement. Il y avait 4 jours intercalaires dans une année régulière et 5 dans une année bissextile.

La pratique dans les pays occidentaux était de commencer l'année au coucher du soleil le 20 mars, quelle que soit la date technique de l'équinoxe vernal, lorsque l’équinoxe de printemps se produit techniquement.

Pour les pays de l'Est où le calendrier lunaire islamique était utilisé, le calendrier bahá'i était synchronisé avec le calendrier lunaire islamique. Par exemple, les naissances du Báb et de Bahá'u'lláh ont été commémorées en fonction des dates correspondantes du calendrier lunaire, qui correspondent respectivement aux 1er et 2ème jours du mois de Muharram. Ainsi, la commémoration de ces anniversaires reculerait d'environ onze jours par an et pourrait donc être célébrée progressivement à n'importe quelle saison (printemps, hiver, automne, été).

En 2014, la Maison universelle de la justice a choisi Téhéran, lieu de naissance de Bahá'u'lláh, comme lieu de fixation de la date de l'équinoxe vernal, "déverrouillant" ainsi le calendrier Badí du calendrier grégorien. Des tables astronomiques provenant de sources fiables sont utilisées pour déterminer les dates.

Dans le même message, la Maison universelle de la justice décida que les anniversaires du Báb et de Bahá'u'lláh seraient célébrés "le premier et le deuxième jour suivant l'apparition de la huitième nouvelle lune après Naw-Rúz" (également avec l’utilisation de tables astronomiques) et a fixé les dates des jours saints bahá'ís dans le calendrier bahá'í, normalisant les dates pour les bahá'ís du monde entier. Par cette décision, le calendrier Badíʿ a été « déverrouillé » du calendrier lunaire islamique, car la célébration des anniversaires du Báb et de Bahá'u'lláh n'est plus liée au mois de Muharram et ne dérive donc pas toujours en arrière par environ 11 jours, d'année en année. Ces modifications sont entrées en vigueur au coucher de soleil du 20 mars 2015.

Selon le nouveau calendrier, chaque jour commence et se termine au coucher du soleil. En fonction de l’année solaire, l’année bahá'íe est composée de 19 mois de 19 jours chacun, soit 361 jours. Pour compléter les quatre ou cinq jours supplémentaires de chacun des voyages autour du soleil sur la Terre, le calendrier bahá'i ajoute quatre jours supplémentaires (cinq dans une année bissextile) appelés Jours intercalaires, ou en arabe Ayyam-i-Há (qui signifie littéralement « jours de cinq. »)  Ces jours-là, les bahá'ís célèbrent et aident traditionnellement les nécessiteux.

Dans son livre le plus saint, Bahá'u'lláh a attribué à ces quatre ou cinq jours intercalaires « excédentaires » une position fixe dans le calendrier, immédiatement avant le mois bahá'í de la Elévation (ou Alá), la période de jeûne de 19 jours.

La lettre Há a plusieurs significations spirituelles, dont l'une symbolise l'essence de Dieu. Lors des journées intercalaires, Bahá'u'lláh encouragea ses fidèles à consacrer du temps à la fête, à la joie et à la charité. Pour les bahá'ís, les journées intercalaires sont spécialement réservées à l'hospitalité, aux cadeaux et aux activités caritatives :

« La charité est agréable et louable aux yeux de Dieu, elle est considérée comme une reine parmi les bonnes actions. … Béni est celui qui préfère son frère à lui-même. »

- Bahá'u'lláh, Tablettes de Bahá'u'lláh, p. 71.

 Ces jours excédentaires, les bahá'ís célèbrent et aident traditionnellement les nécessiteux.

- Ibid., P. 156.

Cette année et chaque année, les bahá'ís du monde entier célèbreront les Journées intercalaires en gardant à l'esprit ce beau passage de Baha'u'llah :

« Ô peuple du monde… Ainsi le Soleil de la parole brille au-dessus de l’horizon du Livre comme le décrète le Seigneur du commencement et de la fin. Que les jours en surplus des mois soient placés avant le mois du jeûne. Nous décrétons que, de tous les jours et de toutes les nuits, ils sont les manifestations de la lettre Há, et c’est ainsi qu’ils ne sont pas comptés dans l’année et ses mois. Au cours de ces journées, il incombe au peuple de Bahá de faire bonne chère ; qu’ils partagent avec leur famille et, plus largement, avec les pauvres et les indigents, puis invoquent et glorifient leur Seigneur, chantent ses louanges et magnifient son nom dans la joie et l’allégresse. Et lorsque finissent ces jours de générosité qui précèdent la période d’abstinence, que pour eux commence le jeûne.  

- Le livre le plus saint, p. 25

S5 Box