Nouvelles

Nouvelles

Montréal, le 5 octobre 2018 - Plusieurs amis et chercheurs sur le sujet ont assisté à la dernière des séries de cinq conférences sur l'Islam, au Centre bahá'í de Montréal, qui a été rénové récemment. Cette quatrième série de conférences a été organisée à la mémoire de Raymond Flournoy, qui a passé plus de quarante ans à enseigner et à étudier la foi bahá’íe chez lui, à Montréal. Beaucoup ont accepté la Foi en assistant à ses coins du feu hebdomadaires, certains sans même connaître l’anglais ! (Les présentations se faisaient toujours en anglais !)

Comme le dit le professeur Todd Lawson à maintes reprises, ces conférences sur l’Islam ont pour objectif d’éveiller la conscience du grand public que la véritable image de l’Islam n’est pas celle que nous voyons dans les médias du XXIe siècle. Animé par les écrits de la foi baha’ie sur l’Islam, Todd a préparé ces cours avec le plus grand soin et les a mis généreusement à la disposition des participants.

C'était l'histoire de Muhammad, un véritable héros spirituel mondial, le moins connu en dehors de sa propre communauté ! Au cours de ces conférences, les grandes lignes de la vie remarquable de Muhammad et le profil de son héroïsme ont été discutés et soutenus par son Livre révélé et sacré, le Coran et les Écrits bahá’ís. Les principales réalisations de son travail, sa connaissance et son humanité exceptionnelle ont été portées à notre attention. Il est remarquable de noter le volume d'écrits, de poèmes et de pièces de théâtre composées au cours des siècles, qui élucident, célèbrent et glorifient ce simple homme d'Arabie qui a introduit une civilisation mondiale unique à l'humanité. Les arts et les sciences, la poésie et l'art dramatique, la musique et l'opéra - ont tous épanouit sous la bannière du prophète d'Arabie - presque inconnue dans le monde occidental.

Il semble qu'Abdu'l-Bahá ait été le premier visiteur oriental à avoir introduit l'Islam en Occident au cours de ses trois années de visite sur les deux continents, l'Europe et l'Amérique du Nord, en 1912. Il a parlé dans de nombreuses églises, synagogues, groupes et réunions de la vérité de l'Islam. Il est encourageant de constater que nous pouvons maintenant apprécier grandement cet être unique, Muhammad, sa mission, ses souffrances, sa compassion et son héritage à travers les écrits des fondateurs de la foi bahá'íe.

Bahá’u’lláh dans son livre « Les joyaux des mystères divins » parle de Muhammad en ces termes :

« Sache-le ! Lorsque Muhammad, Point du Coran et Lumière du Tout-Glorieux, vint avec des preuves évidentes et des versets clairs, manifestes dans des signes dépassant ce que peut produire tout ce qui existe, il enjoignit aux hommes de suivre le large et noble chemin conforme aux préceptes qui lui venaient de Dieu. Celui qui l’a reconnu a reconnu les signes de Dieu dans le tréfonds de son être, il a vu la beauté immuable de Dieu dans sa beauté, il a été jugé digne de la « résurrection », de la « recréation », de la « vie » et du « paradis ». Car celui qui a cru en Dieu et en les Manifestations de sa beauté est ressuscité du tombeau de l’insouciance, recréé dans le sol sacré du cœur, réveillé à la vie de la foi et de la certitude, et admis au paradis de la présence divine. Quel paradis peut être plus noble que cela, quelle recréation plus puissante et quelle résurrection plus grande ? En vérité, si une âme devait sonder ces mystères, elle saisirait ce qu’aucune autre n’a pénétré. »

Le site bahaimontreal.orgest heureux d'annoncer l'ajout d'une nouvelle page sur ce site consacré aux Écrits des figures centrales de la foi baha'ie concernant Muhammad, messager de Dieu et objet de vénération de millions de personnes à travers le monde !

Todd Lawson, professeur émérite de pensée islamique à l’Université de Toronto, travaille dans le domaine des études islamiques depuis plus de quarante ans et a publié de nombreux ouvrages et articles sur les études coraniques et des sujets connexes. Il est également un conférencier enthousiaste sur le sujet susmentionné et a beaucoup voyagé en Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient. Son nouveau livre sur le Coran, publié par Oneworld Academic2017, a reçu des critiques enthousiastes de la part d’un grand nombre de spécialistes dans ce domaine.

Montréal, le 20 septembre 2018 – « Répandons le bonheur ; encourageons la coexistence ; semons les graines de l’entraide ! »

Devant une audience de 150 personnes, ces paroles ont été prononcées par une jeune fille d’origine iranienne dont les concitoyens ont été la cause de divers conflits à travers le Moyen-Orient ! Cette jeune fille âgée de 19 ans, est profondément impliquée dans le travail de bénévolat et le service à l’humanité à Montréal. Ainsi, le monde se transforme d’une manière constructive, un cœur à la fois ! Elle était ravie de voir les bahá’ís impliqués au sein des activités communautaires et a manifesté le désir de participer dans les projets d’apprentissage dans la communauté !  

Depuis 1981, l’année de la déclaration de la Journée internationale de la Paix, la communauté bahá’íe de Montréal en association avec la municipalité de Saint-Laurent célèbre cette journée au Parc Beaudet, baptisé le Parc de la Paix. La célébration a eu lieu à midi en présence du maire suppléant de Saint-Laurent, Monsieur Francesco Miele, les conseillers municipaux, la responsable des affaires communautaires de la communauté bahá’íe, la police municipale, les représentes du Club Lions, les élèves de plusieurs écoles du quartier ainsi qu’une centaine des citoyens de cet arrondissement.

Dans son allocution, le maire suppléant de l’arrondissement a souligné le travail continu de la communauté bahá’íe pour l’établissement de la paix mondiale ainsi que le travail de nombreux bénévoles de l’arrondissement. Dans son allocution, la responsable des affaires communautaires de la communauté bahá’íe de Montréal, Gigi Vidal, a souligné la collaboration soutenue de l’arrondissement en ce qui concerne l’établissement de l’harmonie entre les habitants depuis plusieurs décennies. L’arrondissement de Saint-Laurent est composé de 174 ethnies, un exemple parfait de l’unité dans la diversité à travers le Québec.

Plusieurs espaces étaient réservés pour les citoyens, enfants ou adultes, afin de s’exprimer par des dessins ou d’écritures, leurs idées en vue d’améliorer nos relations harmonieuses avec nos voisinages et la manière que nous pouvons mettre en pratique le service d’entraide parmi nous-même ! Les élèves de quelques écoles d’arrondissement ont participé dans cet exercice fort intéressant !  L’animation musicale était assurée par Besungu Gustaff, l’homme-orchestre, avec les chants et le rythme de son Djembé !

Le 6 septembre 1912, la Gazettede Montréal avait publié un article suite à un discours que ‘Abdu’l-Bahá avait prononcé le soir précédent dans l’église unitarienne de Saint-James par rapport à la paix mondiale : ‘Abdu’l-Bahá parla également du besoin impérieux d'éducation, et de la folie destructrice des conflits raciaux et patriotiques. Comme lors de ses autres interventions, il se montra extrêmement inquiet devant la course aux armements dans laquelle étaient alors engagées toutes les nations européennes et qui atteignait un niveau inconnu jusqu’alors. À l'époque, personne ne soupçonnait que cette situation allait s’aggraver et donner naissance à la Grande Guerre, une catastrophe qui, nous le savons aujourd’hui, aura coûté la vie à 9 000 000 de personnes parmi les pays en guerre, et provoqué de terribles souffrances dans le monde entier.

Plus tard, dans la dernière causerie qu’il livra à bord du S.S. Cédric pour rentrer en Orient, il déclara : « … Dieu a créé les hommes pour qu’ils s’aiment les uns les autres mais, plutôt, ils s'entretuent cruellement et font couler le sang. Dieu les a créés pour qu'ils coopèrent et se fréquentent dans l’harmonie ; au lieu de cela, ils ravagent, pillent et détruisent au milieu de combats sanglants. Dieu les a créés pour qu’ils s’apportent félicité et paix ; au lieu de cela, discorde, gémissements et angoisse jaillissent des cœurs des innocents et des affligés. »

Après une minute de silence et pensée pour la paix, 125 boules de gâteaux a été offert aux participants à l’occasion de 125eannée de la fondation de l’arrondissement de Saint-Laurent.

 Sur les Photos : -Quelque 150 citoyens d'arrondissement de Saint-Laurentse sont rassemblés pour célébrer la journée internationale de la Paix au Pac Beaudet.

-Les représentants des associations communautaires, le maire suppléant, le Club Lions et la responsable des Affaires communautaire de la communauté.

-Dessins faits par les participants pour exprimer la signification de la Paix et les 125 boules de gâteaux pour célébrer le 125e année de la fondation de l'arrondissement de Saint-Laurent

Montréal, le 12 septembre 2018 - Dans le cadre de leurs études continues, vingt-deux étudiants de l’Université impériale japonaise de Kyoto sont actuellement en visite à Montréal pour étudier la culture et les langues canadiennes. Le groupe de quatre qui étudient la diversité religieuse a visité le sanctuaire bahá’í de Montréal accompagné de leur tuteur. La visite comprenait une présentation sur la foi, la famille Maxwell et le séjour de ‘Abdu’l-Bahá à Montréal, ainsi qu’une brève histoire de la foi au Japon. De nombreuses questions ont été posées à propos de la foi et de la relation entre ‘Abdu’l-Bahá et la famille Maxwell. Des questions ont également été posées à propos du système administratif de la foi et des élections non partisanes dans la Communauté mondiale bahá’íe. Une pochette contenant de littérature et des informations pertinentes sur la foi a été offertes aux étudiants.

La Faculté d'éducation permanente de McGill jouit d'une réputation internationale en tant que chef de file en matière de formation continue. Les instructeurs sont dynamiques et engagés, le corps étudiant, intelligent et diversifié, apportant avec eux un large éventail d’expériences de tous les horizons. Il y a plus de 150 pays représentés à l'Université McGill, l'organisme étudiant le plus diversifié à l’échelle international au Canada. Le nombre d’étudiants de la Faculté d’études permanentes de McGill est de 15 000 ! L'avancement personnel et le développement professionnel, l'apprentissage des langues, la traduction et la communication écrite et le développement personnel tout au long de la vie, ainsi que les arts, la diversité religieuse et les études autochtones sont inclus dans le programme.

 L'Université impériale de Kyoto au Japon a été fondée par un décret impériale le 18 juin 1897, la deuxième université établie au Japon. En partenariat avec six universités canadiennes et McGill en particulier depuis 2014, l’université de Kyoto est l’un des plus importants établissements de recherche d’Asie. Elle est réputée pour produire des chercheurs de calibre mondial, dont 17 lauréats du prix Nobel, deux gagnants des médailles dans leurs champs particuliers de recherches et un gagnant du prix prestigieux de Gauss Prize.

La foi bahá'íe au Japon commence par ‘Abdu'l-Bahá qui a mentionné ce pays dans ses écrits en 1875. Les contacts japonais avec la religion venaient de l'ouest lorsque Kanichi Yamamoto vivant à Honolulu, Hawaii, est devenu bahá’í en 1902 ; le deuxième étant Saichiro Fujita. Fujita a accepté la foi lors de la visite de ‘Abdu'l-Bahá aux É.U. Il servirait entre les deux guerres mondiales, d’abord dans la maison de ‘Abdu'l-Bahá puis de Shoghi Effendi. En 1932, la première assemblée spirituelle locale bahá'íe a été élue à Tokyo. Dans tout le Japon, il y avait alors 19 bahá'ís. L’Association des archives de données religieuses (en s’appuyant sur l’Encyclopédie chrétienne mondiale) a estimé en 2005, le nombre de bahá'ís japonais à 15 650, alors que le livre CIA World Factestime à environ 12 000 en 2006.


 

Montréal, le 13 septembre 2018 - La communauté bahá’íe de Montréal était ravie d’accueillir Cliff Huxtable, chevalier de Bahá’u’lláh, de l’île Sainte-Hélène, où lui et sa défunte épouse, Catherine, sont installés depuis 52 ans. Cette île volcanique éloignée est située dans l'océan Atlantique Sud. C’est l’une des îles les plus éloignées du monde et elle était inhabitée lors de sa découverte par les Portugais en 1502. C’était une halte importante pour les navires à destination de l’Europe depuis l’Asie et l’Afrique du Sud pendant des siècles. Sainte-Hélène mesure environ 16 kilomètres sur 8 (10 milles sur 5 milles) et compte 4 534 habitants (recensement de 2016). Il a été nommé d'après Sainte-Hélène de Constantinople.

Lors d’une soirée de danse au collège, Cliff Huxtable a remarqué une charmante jeune femme assise dans la pièce. S'approchant d'elle pour demander une danse, il vit avec consternation qu'elle était assise dans un fauteuil roulant. Ne sachant pas quoi faire ensuite, il a interrompu une camarade de classe qui dansait avec l’un des amis de la femme. "Venez la rencontrer", invita l’ami. "Elle est juste comme tout le monde." La jeune femme était Catherine Heward, confinée dans un fauteuil roulant à cause de la dystrophie musculaire. Les médecins lui avaient donné seulement vingt ans pour vivre.

Malgré ses limitations physiques et sa force décroissante, Catherine, la défunte épouse de Cliff, est devenue une jeune femme autonome aux intérêts diversifiés. Elle lui attira un cercle d'amis qui l'accompagnait à des concerts, des ballets, des théâtres, des galeries d'art et des conférences. Elle est devenue une auteure talentueuse et une artiste accomplie à l'aiguille. Contre toute attente, elle et Clifford Huxtable se sont mariés en 1955, ont embrassé la foi bahá'íe en 1951, ont parcouru le monde pendant le grand projet pionnier bahá'í de la croisade de dix ans de Shoghi Effendi, ont adopté un adolescent et ont eu un garçon juste avant le décès de Catherine à l'âge de trente-cinq ans.

Catherine et moi sommes nés en 1932, a raconté Cliff, sommes rencontrés en 1950, avons rejoint la foi bahá'íe dans le salon de John et Audrey Robarts, à Forest Hill Village, Toronto et avons servi ai sein de l’Assemblée spirituelle de Toronto et ensuite sommes partis à Regina comme pionnier, fin 1957 - 1959. Ils ont poursuivi leurs services à la Foi et se sont installés sur le territoire vierge des îles du golfe, à l’intérieur de l’île de Vancouver, à l’automne 1959 - automne 1965 et finalement une tournée d'adieu des communautés bahá'íes de Victoria à Montréal.

Lorsque l'appel aux pionniers du plan de neuf ans a été lancé en 1965, les cœurs de Catherine et de Clifford Huxtable ont à nouveau été touchés. Ils se sont portés volontaires pour s'installer sur l'île volcanique isolée de Sainte-Hélène, dernière prison et lieu de repos de Napoléon Bonaparte où à leur arrivée en avril 1966 il n’y avait qu’un seul bahá’í., À peine dix-neuf mois après leur arrivée à Sainte-Hélène, le 25 octobre 1967, Catherine est décédée. « La fin est venue soudainement après seulement une journée de souffrance », a déclaré Clifford. « Ses derniers mots étaient une paisible et sereine prière :  je veux mourir. »

Peu de temps après le décès de Catherine, dit Cliff, qu’il était surpris d’apprendre que lui et Catherine avaient tous deux, été nommés Chevaliers de Bahá’u’lláh pour les îles du Golfe. Cliff vit toujours à Sainte-Hélène, s’est mariée à une dame de Sainte-Hélène et tous les deux servent actuellement au sein de l’Assemblée spirituelle frêle de l’île où il y a actuellement dix-neuf bahá’ís !

Cliff est à Montréal depuis deux semaines pour encourager les amis bahá'ís de la région à envisager d’hiverner dans la ravissante ville de Sainte-Hélène, à se lier d’amitié avec ses « saints » et à renforcer nos liens d’amitiés avec eux. Ensuite, il se rend à Bromont pour une réunion de famille de 60 membres de partout en Amérique du Nord avant de retourner dans son île extraordinaire le 29 septembre. (Il a passé ses étés chez ses grands-parents, ses oncles et tantes dans les cantons de l’Est de Montréal.

Pour plus d'informations sur Sainte-Hélène : http://www.sthelenabahai.org

Montréal, le 10 septembre 2018 – En 1912, ce jour fut une autre journée pluvieuse, mais le départ de ‘Abdu’l-Bahá pour Toronto (en route vers Buffalo) avait déjà été organisé. On demanda à Maḥmúd, le chroniqueur de ‘Abdu’l-Bahá, de s’occuper des bagages du Maître, mais c’est le personnel de l'hôtel qui s’en chargea. ‘Abdu’l-Bahá exprima son inquiétude à Maḥmúd parce que ses bagages contenaient des écrits et des documents précieux qu'il avait l'intention d’offrir à des « bibliothèques de Londres et de Paris ». Comme tous devaient l’apprendre plus tard, à la gare du Grand Trunk Railway (aujourd'hui le Canadien Pacifique), l'inspecteur-chef de la douane et ses assistants laissèrent passer les bagages sans aucune inspection, affirmant qu'ils n'avaient aucune raison d’inspecter les bagages des bahá'ís. À cette déclaration, le visage du Maître s’épanouit comme une rose, et il parla de la valeur de la sincérité et de la loyauté, qui sont la source de la prospérité et de la quiétude des peuples du monde.  

Il n’y a aucun doute que la visite de ‘Abdu’l-Bahá toucha un beaucoup plus grand nombre de personnes que les 2 500 qui vinrent l’entendre ou qui entrèrent en contact avec lui. Quelque 440 000 lecteurs de la dynamique presse montréalaise, en anglais et en français, furent informés de sa visite et de ses enseignements.

Laissant derrière lui l’émotion des nombreuses personnes venues lui dire adieu, 'Abdu'l-Bahá monta dans l’International Limited qui quitta la gare Bonaventure à 9 h 05 à destination de Toronto, puis de Buffalo (New York). 

Lors de ce trajet, à Oshawa en Ontario, un enfant amérindien âgé de 4 ans était assis sur une barrière et regardait le train passer. Il vit un homme portant un long habit élégant blanc lui faisant signe de la main. Il fut si bouleversé qu’il perdit  son équilibre et tomba mais il n’oublia jamais ce qu’il vit ce jours-là. En 1948, trente six ans plus tard, Jim Loft, le premier croyant amérindien au Canada, accepta la foi baha’ie et il se rappela vivement cet incident quand il vit la photo de 'Abdu' l-Bahá pour la première fois. 

Plusieurs s’étonnèrent de constater que 'Abdu'l-Bahá ne recherchait ni le confort ni le repos, même lors d'un voyage en train. Quand on lui lut les traductions des articles de journaux et des lettres des amis, il y répondit immédiatement et généreusement. À certains, il écrivit de sa propre main. Quand il fut fatigué d’écriture, le Maître parla de la venue du Christ dans le ciel de la sainteté : il est expressément consigné dans l'Évangile qu’à sa première venue, bien que le Christ soit né de Marie, il a lui-même dit qu'il était venu du ciel. Ainsi, le « ciel » signifie la grandeur de la Cause, l'éminence et le pouvoir de la Manifestation de Dieu qui propage cette cause divine par sa puissance céleste et sa force divine, et non grâce à des moyens matériels. Pour ceux qui étaient témoins de la vie publique et privée du Maître, il ne faisait aucun doute que les besoins personnels de 'Abdu'l-Bahá étaient peu nombreux et extrêmement simples. 

On peut sans contredit affirmer que ces neuf jours passés par 'Abdu'l-Bahá à Montréal furent et demeurent parmi les plus importants dans l'histoire du Canada. Nous profitons encore aujourd’hui du privilège de suivre ses recommandations et, nous inspirant de son exemple et de la clarté de ses enseignements, de bâtir un pays et un monde dignes de ses paroles et de la vision de Bahá’u’lláh. 

En quittant Montréal, 'Abdu'l-Bahá laissa ces paroles en souvenir :  

« Le voyage n’a duré que quelques jours mais, dans le futur, il produira des retombées inépuisables. » 


Aujourd'hui, nous ne pouvons que nous émerveiller devant l’exemple et l'inspiration de ‘Abdu’l-Bahá qui choisit d’inclure la ville de Montréal dans son itinéraire chargé, et devant la sagesse et l'efficience de sa décision d’accomplir ce voyage malgré son âge avancé et sa condition physique défaillante, pour l'amour de quinze croyants qui, avant 1912, avaient pris l’initiative de se rendre à la ville-prison de 'Akká, s’exposant ainsi à tous les dangers. Seul le pouvoir de sa présence en ce monde pouvait les inspirer à réaliser ce qui allait devenir l’œuvre de leur vie. 

Photos : Gare centrale Bonaventure 1912 - Jim Loft, le premier bahá'í d'origine amérindienne - Le groupe bahá'í de Montréal en 1912

S5 Box