Accueil
  • Les élèves du Collège de Montréal visitent le Sanctuaire bahá’í

    Les élèves du 1ère secondaire ont visité le Sanctuaire bahá’í

     

    Cette maison, le seul endroit sacré en Amérique du nord, a été béni par le séjour d’Abdu’l-Bahá à Montréal en 1912.
    En savoir plus...

    Le calendrier pour l'ère bahá'íe 175

    Toutes les dates importantes en un seul endroit

     

    L'année bahá'íe commence le 21 mars et comprend 19 mois de 19 jours.
    En savoir plus...

    Série des causeries

    Présentations stimulantes sur des sujets d’intérêts actuels.

     

    Ces Causeries sont dédiée à la mémoire de la famille Maxwell, fondatrice de la foi bahá’íe au Canada.
    En savoir plus...

    S'impliquer dans la communauté

    Les bahá’ís laurentiens au cœur d’action bénévole!

     

    À l’occasion du Brunch de reconnaissance des bénévoles 2018, une délégation de la Communauté bahá’íe laurentienne a été invité au Centre des loisirs par l’arrondissement de Saint-Laurent.
    En savoir plus...
     
  • Visitez le Sanctuaire Bahá’í

    La librairie bahá’íe
    Le centre bahá’í

     

    Ce lieu sacré est unique au monde.
    En savoir plus...

    Devenir bahá’í

    On devient bahá’í en reconnaissant en Bahá’u’lláh le Messager de Dieu pour notre époque. 

     

    Être un bahá'í signifie simplement aimer tout le monde, aimer l'humanité et s'efforcer de la servir.
    En savoir plus...

    Aux quatre coins du pays

    Un regard unique sur l'histoire de la foi bahá'íe à Montréal.

     

    À la fin du XIXe siècle, les seuls bahá’ís canadiens vivent aux États-Unis, dans la ville de Chicago.
    En savoir plus...

    Qui sont les bahá’ís?

    Rejoignez les diverses activités. 

     

    Les bahá’ís considèrent les grandes religions du monde comme les éléments d’un processus continu par lequel Dieu révèle sa volonté à l’humanité.
    En savoir plus...
     

Catégorie (fr-ca)

Bien que l'histoire de la foi bahá'íe au Canada soit étroitement liée à celle de Montréal, on sait que moins de quinze Canadiens français se sont joints à la foi bahá'íe entre 1897 et 1963. Presque tous les premiers croyants du Québec ont découvert la foi ailleurs dans le monde en dehors de la belle province et seulement en 1969, sept Canadiens français sont devenus bahá'ís. Lucille Sanche Maloney (1924-1993), qui a découvert la foi bahá’íe en 1967, était l’un des premiers croyants de Montréal. Tout au long de sa vie, elle désirait comprendre les « grandes questions » et, en tant que mère de trois enfants, elle était particulièrement préoccupée par la manière dont elle pouvait enseigner la vie et les valeurs à ses enfants.

Lucille a eu une excellente et exceptionnelle éducation pour une femme qui a grandi dans les années vingt, trente ou quarante au Québec et qui est devenue plus tard un membre actif de la foi bahá'íe était un événement inédit parmi ses aînés et ses pairs. En tant que fille d'un éminent médecin à Montréal, il était convenu qu'elle et ses sept frères et sœurs seraient envoyés dans un couvent ou un collège pour y suivre leurs études. Pour Lucille, cela signifiait qu'elle vivait la plus grande partie de sa vie (5 à 18 ans) dans des pensionnats catholiques français. À partir de ces premières années, jusqu'à ce qu'elle ait ses propres enfants, Lucille se sentait profondément privée de la vie familiale ou communautaire. Malgré ces circonstances, étant intelligente, indépendante, créative et ingénieuse, elle a toléré ce mode de vie. Chaque fois qu'elle était capable de le faire, elle a fait des choix importants dans sa vie, ce qui a laissé un héritage important aux membres de sa famille, à ses amis et à sa communauté.

À une époque de grande agitation sociale et religieuse chez les jeunes artistes et intellectuels montréalais, Lucille a d'abord travaillé comme secrétaire médicale de son père et ensuite a étudié à l'École des Beaux-Arts. En 1947, elle se rendit en Europe après la Seconde Guerre mondiale où elle fut témoin de la dévastation que le racisme et le nationalisme avaient laissée dans leur sillage. Elle a ensuite décidé de devenir infirmière malgré le mécontentement de sa famille. Diplômée de l'Université de Montréal en 1951, elle s'est jointe à la Croix-Rouge pour travailler dans un avant-poste en Gaspésie. Elle a rapidement appris à se débrouiller dans des environnements beaucoup plus rustiques qu'un hôpital urbain et a également appris à parler anglais. En 1953, elle épouse son mari canadien d'origine irlandaise, Alban. En 1962, voyant peu d'avenir pour ses trois enfants, alors âgés de 6 à 9 ans, la famille déménage dans la banlieue de Montréal.

En 1967, Lucille a entendu parler de la foi Bahá’íe dans un article paru dans un magazine populaire américain. Impressionnée par les enseignements de cette foi, elle voulait en savoir davantage. Elle n’a pu trouver qu’un numéro de téléphone pour le sanctuaire bahá’í sur l’avenue des Pine Ouest, dans l’annuaire téléphonique (il s’agissait de décennies avant l’existence du Web). Les gardiens du lieu lui ont envoyé une brochure d'information qui ne contenait malheureusement pas plus d'information que l'article qu'elle avait lu pour la première fois dans le magazine.

Pendant environ un an, Lucille ne savait même pas qu’il existait une communauté bahá’íe à Montréal. Travaillant comme agent immobilier à ce moment-là, un couple est entré dans son bureau à la recherche d'un agent pour les aider à trouver une maison. Lorsqu'ils sont allés visiter des maisons, elle leur a demandé s'ils souhaitaient être à proximité d'écoles publiques alors catholiques ou protestantes. Ils ont rapidement répondu qu’ils étaient bahá’ís et que la dénomination des écoles n’avait aucune importance pour eux. Lucille était ravie de pouvoir enfin rencontrer les Bahá’ís et, après leur avoir trouvé une maison, le couple et d’autres Bahá’ís vivant dans la région, l’avaient aidée à étudier la foi Bahá’íe et à poser des questions au coin du feu ou à des soirées de discussion. Ensuite, pendant plusieurs jours, elle a participé à une école d’hiver près de Rawdon, au Québec. Finalement, en janvier 1968, elle a rapidement informé sa famille qu’elle était devenue Bahá’í.

À l'aube de la quarantaine, Lucille a décidé de vivre sa vie en conséquence, d'éduquer et de prendre soin de ses enfants et de contribuer à sa communauté. Comme il n’y a pas de clergé et que la participation aux activités de la communauté fait partie intégrante de la pratique de la foi, Lucille a contribué à la création de la première Assemblée spirituelle locale de Pointe-Claire dans l’ouest de Montréal. Elle a servi comme secrétaire puis comme trésorier au sein de cette Assemblée et a siégé à divers organismes régionaux. Elle a été déléguée aux plusieurs congrès nationaux annuels pour consulter et élire les membres de l’Assemblée spirituelle nationale des bahá'ís du Canada. Elle a également servi comme assistante au membre du Corps auxiliaire.

Étant donné que l’action sociale lui était très précieuse, Lucille s’est jointe à diverses organisations communautaires aux visions similaires, comme un groupe interconfessionnel et un autre groupe qui a rendu visite à des détenus. Lorsque ses enfants étaient plus âgés, à la fin des années 1970, Lucille a pu aller en pèlerinage et participer à des activités d'enseignement de la Foi en voyageant en Martinique. Une fois que son mari a pris sa retraite, ils ont déménagé dans le pays pendant plusieurs années et ont apprécié les visites de ses enfants et de ses six petits-enfants chéris qui gardent les souvenirs de leur cher « grand-mère Lulu ».

En 1992, Lucille informa calmement les membres de sa famille qu’elle était atteinte de cancer, puis retourna à Montréal pour être proche aux hôpitaux et de sa famille. Peu après son retour, Lucille a été hospitalisée pendant plusieurs mois. De nombreux amis se sont rendus à l’hôpital pour lui dire au revoir et beaucoup ont transmis leurs pensées et leurs prières. Lorsque Lucille a quitté ce monde en octobre 1993, un ami a écrit ceci :

Nos cœurs sont avec vous lorsque nous avons appris le décès de la mère de…    Elle fut en effet une des premières de la nouvelle génération de bahá'ís canadiens-français dans les années 1960 et eut une grande influence sur de nombreux Bahá’ís comme moi, en nous ouvrant les yeux sur ce merveilleux esprit de dévouement et de gentillesse qu’elle a apporté dans la foi.

Lorem ipsum ad his scripta blandit partiendo, eum fastidii accumsan euripidis in, eum liber hendrerit an. Qui ut wisi vocibus suscipiantur, quo dicit ridens inciderint id. Quo mundi lobortis reformidans eu, legimus senseritdefiniebas an eos. Eu sit tincidunt incorrupte definitionem, vis mutat affert percipit cu, eirmod consectetuer signiferumque eu per. In usu latineequidem dolores. Quo no falli viris intellegam, ut fugit veritus placeratper. Ius id vidit volumus mandamus, vide veritus democritum te nec, ei eosdebet libris consulatu.

Sous-catégories

Les cercles d'études

La foi bahá’íe a pour but d’unir toute l’humanité et de revivifier le tissu social. Il s’agit d’un processus organique qui ne peut être imposé par une quelconque autorité. Il s’amorce plutôt avec la reconnaissance, par chacun, du fait que la vie ne se résume pas au simple gain matériel, mais que nous sommes tous des êtres spirituels et que nous puisons notre véritable joie dans le service aux autres.

En savoir plus...
 

Les groupes de jeunes

Pour les bahá’ís, la jeunesse est une période cruciale, dotée d’un grand potentiel. En effet, dans l’histoire de la foi bahá'íe, les jeunes ont toujours été à l’avant-garde de tous les événements importants.

En savoir plus...
 

Les classes pour enfants

Dans les communautés locales du monde entier, les bahá’ís organisent des classes hebdomadaires pour enfants, afin de les aider à développer des qualités spirituelles, à apprendre l’histoire et les principes de la foi bahá’íe et à se bâtir un cadre moral solide à l’intérieur duquel ils pourront atteindre l’excellence dans les aspects matériel, intellectuel et spirituel de leur vie.

En savoir plus...
 

Les réunions de prières

Les réunions de prières sont essentielles à l’esprit de communauté. Comme la prière et le lien d’amour qui nous unit à notre Créateur sont à la base du cheminement spirituel de chacun, les réunions de prières favorisent le progrès individuel et communautaire.

En savoir plus...
 

 

Heures d'ouverture

 

Les heures d'ouvertures de la librairie bahá'íe sont:
Mercredi au vendredi: 15:00-19:00
Samedi: 13:00-17:00
Dimanche: 13:00-17:00
Lundi et mardi: Fermé

 

 

Le centre bahá'í

 

177, av des Pins E
Montréal, QC H2W 1N9
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphone: 514-849-0753

Cliquez ici pour les heures d'ouverture et la carte

 

 

Le Sanctuaire bahá'í

 

1548, av des Pins O, Montreal
Téléphone: 514-939-2262

Cliquez ici pour les heures d'ouverture et la carte

 

S5 Box