Nouvelles

Nouvelles

Montréal, le 30 août 2019 - En fin d'après-midi, le 26 août, une servante dévouée de la Beauté bénie a fermé les yeux sur ce monde éphémère et s'est envolée vers les mondes éternels! Elle a été entourée de sa famille et de ses amis jusqu'à son dernier souffle de vie!

Elle était surnommée affectueusement Pari Joun, par des membres de sa famille et était chèrement aimée de tous les membres de la communauté bahá’íe de Montréal. Sa famille a déménagé dans cette ville au début de 1967 et a servi la communauté avec dévouement et sincérité.

Pari Hashemi, née Hakim Rashidian est née le 24 mai 1924 à Téhéran, en Iran, de Mustafa Hakim Rashidian et Houri Nazerian. Elle avait deux frères et deux sœurs. De tous points de vue, elle était une jeune fille très joyeuse et intelligente, dotée d'un grand sens de l'humour. Elle s'est mariée à Rashid Hashemi en 1943. De ce mariage naquirent deux filles, Otessa et Gretta. M. et Mme Hashemi, tous deux étaient des descendants des premiers bahá'ís de l’époque de Bahá’u’lláh.

La famille a été séjournée en Turquie comme pionnière lors de la Croisade spirituelle mondiale de dix ans (1953-1963), lancée par le Gardian, Shoghi-Effendi, puis à Chypre, où elle a formé la première Assemblée spirituelle locale des bahá'ís de Nicosie.

Un télégramme du Gardian Shoghi-Effendi a été reçu à l’issue de l’élection de cette Assemblée, adressé à la famille Hashemi: «… grâce à vos efforts, l’île du diable* a été transformée en une île de la Miséricorde!»

La famille Hashemi a également passé du temps en Angleterre et en Irlande, avant de retourner en Iran où elle a dirigé un salon de beauté très réussi avec des clientèles tels que la famille royale iranienne aussi bien que le grand public! Un appel aux pionniers du Centre mondial bahá’í a poussé la famille Hashemi à quitter l’Iran avant la révolution de 1978 et à s’installer à Montréal, au Canada.

Peu de temps après leur arrivée à Montréal vers 1967-68, la famille s’installa à Saint-Laurent où elle participa à l’établissement de la première Assemblée spirituelle locale. Leur maison était un centre d’attraction pour ceux et celles qui cherchaient à connaître la Foi. Un nombre des premiers bahá’ís montréalais ont accepté la Foi dans leur foyer. Ils ont ensuite déménagé à Montréal et ont participé aux activités communautaires. M. Hashemi a été élu à l'Assemblée locale de Montréal, où il a servi pendant de nombreuses années. Il a également occupé le poste de directeur de librairie pendant plusieurs années.

La dévotion de Pari à la Foi était telle que, lorsque l'Assemblée spirituelle de Montréal décida d'acheter le centre bahá'í actuel et qu'il n'y avait pas assez de fonds pour procurer la propriété, elle fut la première à proposer volontairement d'hypothéquer sa maison avec celle de Raymond Flournoy pour générer le montant requis à cet effet! La veuve du Gardien de la foi bahá’íe, Rúhíyyih Khánum, a également contribué généreusement à l’achat de cette propriété.

Première Assemblée spirituelle des bahá'ís de Nicosie, Chypre, octobre 1959. Pari est assise à gauche et Rashid est debout au centre de la photo.

Pari a été nommé à un comité chargé de la gestion du Centre bahá'í de Montréal, récemment acheté, au 177 avenue des Pins Est! Elle a occupé ce poste jusqu'à ce qu'elle dispose de suffisamment de force physique pour prendre en charge la propreté et l'organisation quotidienne du centre. On l'a vue frotter le sol sur ses mains et ses genoux, dans la mesure de ses forces, à un âge avancé, pour maintenir le centre propre et agréable pour la Communauté. Sa maison joliment décorée était également ouverte aux amis et aux ennemis. De nombreuses personnes de tous les horizons, ainsi que des dignitaires de la ville de Montréal, ont apprécié ses fêtes persanes!

Pari Hashemi a toujours prêché l'importance de l'éducation et de la foi. Elle a appris à ses enfants et à ses petits-enfants à respecter leurs amis, leur famille et leurs pairs, ainsi que la valeur d'une étiquette appropriée. Elle était l'incarnation de la grâce et de l'élégance; une grande conteuse, qui a souvent parlé de ses expériences de vie, de ses amis et de sa famille et de ses débuts à Téhéran.

Sa maison ressemblait à un musée, tout était méticuleusement placé à son emplacement exact, toujours propre et sans la moindre trace de poussière. Elle était un fervent défenseur de la santé et des exercices physiques et pratiquait ce qu'elle prêchait chaque matin jusqu'à la fin de sa vie.

La santé de Pari a commencé à se détériorer depuis le décès de sa fille Gretta, décédée en 2012. La mère et la fille ont travaillé ensemble pendant plusieurs années dans leur propre entreprise commerciale, ont voyagé ensemble et ont apprécié la compagnie de l’une l’autre. Avec le départ de Gretta de ce monde éphémère, Pari a perdu le désir de continuer à vivre. Elle était profondément attristée par sa solitude et sortirait seulement de cet état momentanément lorsqu’elle recevait ses amis que lui rendraient visite.

Très soigneusement, elle avait même planifié sa vie après son départ de ce monde! À partir du moment où Gretta a consacré sa vie à l’éducation des enfants en commençant ses classes d’enfants au Centre bahá’í de Montréal en 1986, la mère et la fille ont toutes deux investi dans cette noble cause en faisant don de toutes leurs biens à l’éducation des Enfants du Monde. Pari voulait planifier une petite cérémonie funèbre uniquement avec sa famille et les quelques amis qu'elle-même avait choisis afin d'économiser de l'argent pour la cause susmentionnée.

Pari laisse derrière elle sa fille Otessa, sa petite-fille Rochana, son petit-fils Darius et ses quatre arrière-petits-enfants, Nyllah, Dalia, Rayne et Olivia. Elle est maintenant réunie dans les mondes de Dieu avec son mari Rashid et sa fille Gretta! Ses histoires et ses souvenirs la garderont en vie pour toujours dans le cœur de la communauté bahá'íe de Montréal.

* Apparemment, Chypre a été surnommée l'île du diable à un moment de l'histoire!

Montréal, le 15 août 2019 - En réponse à l'invitation du comité de suivi de ce projet, l'Arrondissement de Saint-Laurent (le maire Alan DeSousa, 2 conseillers de la Ville, un conseiller d'arrondissement et un représentant du service Culture, Sports, Loisirs et Développement social) ainsi que des représentants des institutions et organismes suivants : Cégep de Saint-Laurent, Centre d'Action Bénévole et Communautaire de Saint-Laurent (Centre ABC), Centre d'encadrement pour jeunes femmes immigrantes (CEJFI), la Communauté bahá'ie de Saint-Laurent, le Comité des Organismes Sociaux de Saint-Laurent, le Service de police de la ville de Montréal, poste de quartier 7 et  le YMCA Saint-Laurent se sont réunis pour réfléchir et échanger sur le Plan d'action.

Une initiative laurentienne qui vise à promouvoir et développer les pratiques qui favorisent l'Unité dans la Diversité. 

À l'initiative de plusieurs organisations laurentiennes désireuses de favoriser le vivre-ensemble et l’unité des Laurentiens et Laurentiennes, dit Gigi Vidal la directrice des affaires communautaires de la Communauté bahá’íe de Montréal, une réflexion et des échanges ont été amorcés pour faire de cette vision d’Unité dans la Diversité un projet mobilisateur dans le but d'unifier la communauté laurentienne. À terme, l'objectif est que Saint-Laurent soit un modèle inspirant d'inclusion sociale.

Depuis l'automne 2017, à la suite d'une table ronde tenue en l'honneur du Bicentenaire de la naissance de Bahá'u'lláh porteur d'un message de Paix, d'Espoir, d'Unité et de Justice centré sur l'Unité dans la  Diversité, une réflexion et des échanges édifiants ont été amorcés en ce sens et  se sont révélés très fructueux. Un comité de suivi a été mis en place composé de la Communauté bahá’ie de Montréal, du Cégep de Saint-Laurent, du Service de police de la ville de Montréal – Poste de quartier 7 (SPVM, PDQ 7) et du Comité des Organismes Sociaux de Saint-Laurent (COSSL).

En décembre 2018, un questionnaire a été envoyé à plus de 150 personnes pour connaître les actions organisées au sein des organisations laurentiennes qui favorisent l'Unité dans la Diversité.  Le 15 août 2019, un petit-déjeuner-rencontre a été organisé  par le comité de suivi pour présenter les résultats du questionnaire ainsi que le Plan d’action prévisionnel élaboré ayant pour mission : favoriser l'Unité dans la Diversité en créant des liens d'amitié entre les laurentiens et les laurentiennes de toutes origines confondues.

Objectifs :

  1. Faire connaître les actions existantes qui favorisent l'Unité dans la Diversité;
  2. Mettre de l'avant des projets novateurs en lien avec la thématique;
  3. Être un modèle inspirant d'inclusion sociale qui dépasse le territoire de Saint-Laurent.

Dans une atmosphère chaleureuse d'unité, de respect et de partage, différentes idées sont ressorties à la suite des échanges, notamment un parc ou une place avec une enseigne, une semaine thématique, une page Facebook qui viendrait faire la diffusion des différentes actions et activités qui valorisent l'Unité, un compte de Instagram #unisdansladiversite, etc. sans oublier que si nous voulons que le message soit porteur, il est important de ne jamais perdre de vue nos valeurs!

Montréal, 14 juillet 2019 : Tandis que les activités de l'apprentissage et la croissance de développement sociocommunautaire progressent dans les différents quartiers de la ville, les activités estivales se sont célébrés également partout dans les parcs de voisinage.

Le quartier de NDG a eu deux pique-niques avec la participations des dizaines des jeunes et des parents . Les deux événements qui ont eu lieu au parc Kent dans le quartier, étaient aussi une occasion pour souhaiter un bon voyage à nos amis Sébastien et Anissa qui vont aux États-Unis pour continuer leurs études en économie !

 

Le 30 juin 2017, un groupe de 20 jeunes de l'île du Prince Édouard sont venus au centre bahá'í de Montréal pour assister à la réunion dévotionnelle hebdomadaire. Ils ont continué leur visite guidé aux lieux où 'Abdu'l-Bahá avait fréquenté lors de son séjour à Montréal, tel que l'église unie Saint-James, l'annexe de l'ancien hôtel Windsor, la gare de Windsor, la basilique du Marie-Reine-du-Monde ainsi que le sanctuaire bahá'í, l'ancienne demeure de l'architecte Maxwell. 

Lors de la réunion dévotionnelle ce dimanche, nous avons eu la joie de rencontrer Ibrahim MOUSSA DAN-KOMA, un ami  bahá'í de Ouagadougou, Burkina-Faso qui était à Montréal pour une conférence en relation avec sa profession.

Un autre groupe d'une quinzaine de jeunes de Brampton, Ontario nous a rendu visite le 13 juillet 2019 ! Après avoir participé à la réunion de prières de dimanche au centre bahá'í de Montréal, le groupe est allé au sanctuaire bahá'í pour quelques heures de recueillement avant d'aller visiter d’autres lieux où 'Abdu'l-Bahá avaient séjourné en ville.

Une grande conférence d'enseignement a également eu lieu le 13 juillet 2019 au centre bahá’í de Montréal avec la participation de 50 adultes et 10 enfants. La journée était dédiée aux activités de voisinage et aux réunions dévotionnelles. Une présentation émouvante de la membre auxiliaire, Mona Pirmoradi, était la source d’inspiration pour le lancement de notre cycle d’activité dans les différents quartier de Montréal.

 

Montréal, le 1er août 2019 - Inspirée par divers messages de la Maison universelle de justice, de l'Assemblée spirituelle nationale canadienne et de l'Assemblée spirituelle de Montréal, l'équipe déployée dans le quartier NDG a contacté au moins 51 enfants et 35 préjeunes grâce à une nouvelle campagne de proximité et au réseau d’amis. 23 enfants et 23 préjeunes ont assisté au moins une fois à la classe ou au festival. Sur les 16 familles avec lesquelles l'équipe a eu des conversations, elles ont pu faire avancer la conversation avec 9 d'entre elles.

Comme nouvelle approche, le quartier Côte-des-Neiges est divisé en deux zones géographiques; autour du Kent Park et du parc Van Horne. Dans chaque zone géographique, il y a chaque jour des activités de sensibilisation avec un groupe de préjeunes au parc. Dans la zone géographique de Kent Park, un cours pour enfants a également eu lieu tous les jours. Les enfants ont appris les thèmes comme l'amour, la justice, l'unité et la véracité. Dans le groupe de préjeunes, ils ont appris le service, l’amitié et l’excellence et ont étudié les leçons tirées du texte pour les préjeunes « Marcher sur le droit sentier ».

Un festival pour enfants a été organisé à Kent Park et s’est déroulé de 14h à 16h. Il a attiré de nouvelles familles, des préjeunes et des enfants qui ont transmis beaucoup de joie et d’amour.

Un projet de service, le nettoyage du parc, a déjà eu lieu au parc Van Horne. La semaine suivante, un autre projet de service s’est réalisé à Kent Park. Les jeunes adolescents prévoyaient organiser une vente de pâtisseries afin de récolter de l'argent et de faire un don à la Fondation de l'Hôpital Sainte-Justine.

Du 6 au 10 juillet 2019 - Un camp de préjeunes qui s'est déroulé à Montréal a accueilli 38 jeunes de quatre secteurs. L’apprentissage des groupes était focalisé sur le thème tels que la beauté des sciences. Ils ont étudié six leçons tirées du nouveau texte disponible « Observation et perception », ont visité une ferme biologique, mené des expériences scientifiques, fait une promenade dans la nature et ont appris des sujets concernant l'environnement. Ils étaient tous très heureux de participer, certains sautant même quelques jours de leur camp de jour habituel pour pouvoir y participer. Ils ont noué de solides amitiés et sont impatients de se revoir lors du prochain camp, fin août.

Le 1er août 2019 - La Fête de 19 jours de la Perfectiona été célébrée dans huit quartiers de la région de Montréal. La consultation était basée sur la planification des diverses activités au cours de cette année avec un enthousiasme et une joie sans précédent. L’éducation spirituelle des enfants et des jeunes a été au centre de la consultation ainsi que la célébration du bicentenaire de la naissance du Báb, le héraut de la foi baha’ie.

Des dizaines de réunions dévotionnelles déroulent régulièrement dans divers arrondissements de la ville. Celle du Centre bahá’í de Montréal accueille des dizaines d’amis de la communauté tous les dimanches à partir de 11h.

Dernier jour de notre campagne de sensibilisation en juillet 2019, célébrée avec les enfants et les familles à Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Les bénéfices de la vente de petit-gâteau à Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce,JY vont à l'hôpital Sainte-Justine. 

Une fête de « au-revoir » pour Aaya, Enoly et Mona, un départ pour leur prochaine aventure. Le vendredi 26 juillet 2019.

Le samedi 18 mai, Fête à Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Le 26 juin, classe d’enfants faisant ses adieux à Anissa et Sébastien.

Le 12 mai, la réunion des prières dans le quartier.

Montréal, le 23 mai 2019 – Dans les quartiers de Montréal, amis et membres de la communauté bahá’íe se sont assemblées pour célébrer l’anniversaire de la mission du Báb, le Héraut de la foi. Cet événement qui a eu lieu dans une modeste maison à Shiráz il y a 175 ans, indique le commencement de l’Ère bahá’íe ou l’Ère nouvelle. Des prières spéciales accompagnées de musique et de textes historiques concernant les événements de la déclaration du Báb ont été présenté par les amis bahá'ís en collaboration avec les enfants et les jeunes de la communauté.

La scène d'ouverture du premier acte de ce grand drame se déroula à Shiraz, au premier étage de la modeste demeure du fils d'un drapier, située dans un quartier pauvre. Elle eut lieu à l'heure précédent le coucher du soleil, le vingt-deux mai mil huit cent quarante-quatre. Les personnages qui y prirent part sont : le Báb, un siyyid* de pure et sainte lignée, âgé de vingt-cinq ans, et le jeune Mullà Husayn qui, le premier, crut en lui. Leur rencontre, qui précéda immédiatement cet entretien, a semblé purement accidentelle. L'entrevue elle-même se prolongea jusqu'à l'aube. L'hôte demeura enfermé, seul avec son invité, et la ville endormie fut loin de se douter de l'importance de la conversation qu'ils eurent ensemble. Nul récit de cette nuit unique n'est passé à la postérité, sauf le compte rendu fragmentaire mais hautement édifiant qui tomba des lèvres de Mulla Husayn.

"je restai assis, retenu par le charme de sa parole, oublieux du temps et de ceux qui m'attendaient", a-t-il témoigné après avoir décrit la nature des questions posées à son hôte et les réponses décisives qu'il en avait reçues, réponses qui avaient établi, sans l'ombre d'un doute, la validité de sa prétention à être le Qà'im promis. " Soudain, l'appel du mu'adhdhin* ' invitant les fidèles à la prière du matin, me tira de l'état d'extase dans lequel, apparemment, j'étais tombé. Toutes les délices, toutes les gloires ineffables énumérées par le Tout-Puissant dans son livre2 comme étant les possessions inestimables des habitants du paradis, je pensai les ressentir cette nuit-là. Il me sembla que j'étais dans un endroit dont on pourrait dire à juste titre : "Ici, aucune peine ne peut nous atteindre, aucune lassitude ne peut nous toucher ; on n'entendra ici ni vains discours ni mensonges, mais seulement cette exclamation : Paix ! Paix ! Là, retentira leur cri : Gloire à toi, ô Dieu, leur salutation : Paix !" et la fin de leur cri : "Loué soit Dieu, le Seigneur de toutes les créatures."

Le sommeil m'avait fui cette nuit-là. J'étais captivé par la musique de cette voix dont le chant s'élevait et s'abaissait tour à tour ; tantôt elle s'amplifiait pour révéler des versets du Qayyumu'l-Asma'*, tantôt elle revenait à de célestes et subtiles harmonies pour chanter des prières inconnues. A la fin de chaque invocation, il répétait ce verset : 'Loin de la gloire de ton Seigneur, le très- Glorieux, sois ce que ses créatures affirment de Lui ! Et que la paix soit sur ses messagers ! Loué soit Dieu, le Seigneur de tous les êtres."

"Cette révélation", a encore témoigné Mullà Husayn, "s'imposant à moi si soudainement et avec une telle impétuosité, me fit l'effet d'un coup de foudre qui, pendant un moment, sembla obnubiler mes facultés. Je fus aveuglé par sa splendeur éblouissante, et assommé par son écrasante puissance. Excitation, joie, crainte et étonnement agitèrent le tréfonds de mon âme. Au milieu de ces émotions prédominait une impression de bonheur et de force qui semblait m'avoir transfiguré. Que j'avais donc été faible et impuissant par le passé ; à quel point je m'étais montré abattu et craintif ! je ne pouvais alors ni écrire, ni marcher, tant mes mains et mes jambes tremblaient. Maintenant, par contre, la connaissance de sa révélation avait galvanisé mon être. Je me sentais possédé d'un tel courage et d'une telle puissance que si le monde, avec tous ses peuples et ses potentats, s'était ligué contre moi, j'aurais résisté tout seul avec intrépidité à leur assaut. L'univers ne me paraissait plus qu'une poignée de poussière dans la main. je semblais être la voix de Gabriel personnifié, lançant un appel à l'humanité entière: " Eveillez-vous, car voici que la lumière du matin a paru. Levez-vous, car sa cause est rendue manifeste. Les portiques de sa grâce sont grands ouverts ; franchissez-les, ô peuples du monde ! Car celui qui est votre Promis est arrivé !"

…. Avec cette déclaration historique, l'aube d'un âge qui indiquait la consommation de tous les âges s'était levée.

 

*Siyyid: seyyed, descendant du prophète Mahomet.

*Mu'adhdhin: muezzin, membre du clergé ou tout autre musulman qui, du haut d'un minaret, appelle les croyants à la prière cinq fois par jour.

*Qayyùmu'l-Asmà': célèbre commentaire sur la sourate de joseph, dans le Coran. Le ler chapitre en fut révélé pendant la nuit où Mullà Husayn rencontra le Báb. Il constitue pour les musulmans l'une des preuves les plus importantes de l'authenticité du Báb en tant que prophète.

Photo : Célébration dans l'arrondissement de Saint-Laurent

S5 Box